Jetons un coup d'œil à une question d'actualité qui suscite des discussions dans le monde du vin et au-delà. La nouvelle PAC, la politique agricole commune, qui entrera en vigueur à partir de janvier 2023, ouvre la possibilité de vins partiellement sans alcool, même parmi ceux qui bénéficient du statut d'AOP et d'IGP. Des négociations sont en cours entre le Conseil et le Parlement européen. Les 25 et 26 mai, il y aura une nouvelle réunion entre les négociateurs, qui aura sur la table tous les dossiers concernant la nouvelle politique agricole. Mais le monde du vin est en plein bouleversement.

Ces derniers jours, de nombreux médias sont intervenus sur le sujet, parmi lesquels Francesca Basso du Corriere della Sera a recueilli les premiers commentaires(lien vers l'article complet), qui ont notamment mis en évidence ces positions :

Coldiretti : "La proposition consiste à autoriser l'élimination totale ou partielle de l'alcool dans les pratiques œnologiques avec la possibilité d'ajouter de l'eau". Le président Ettore Prandini: "Supprimer l'alcool du vin serait un précédent très dangereux qui mettrait fortement en danger l'identité des produits viticoles italiens et européens, également parce que la définition "naturelle" et légale du vin en vigueur en Europe interdit l'ajout d'eau.

LaCommission européenne : "La proposition ne contient aucune référence à l'ajout d'eau au vin" afin de maintenir le volume initial du produit lorsqu'il y a une volonté de réduire la teneur en alcool à zéro afin de commercialiser des vins sans alcool. Paolo De Castro, député européen : "aucune règle ne peut être imposée aux viticulteurs, car le choix final sur une éventuelle modification de leur produit restera entre leurs mains, avec les changements nécessaires aux spécifications internes rigides de production"... un vin sans alcool ne peut être défini comme tel, c'est pourquoi le Parlement européen s'est toujours prononcé contre, même si nous comprenons les opportunités commerciales et d'exportation que les vins à faible teneur en alcool auraient sur certains marchés".

Union italienne du vin : se dit "attentive" à la question des vins désalcoolisés. Selon le secrétaire général Paolo Castelletti, "il est important que ces nouvelles catégories restent dans la famille des produits vitivinicoles, comme le reconnaît également l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), pour éviter qu'elles ne deviennent l'affaire d'autres industries sans rapport avec le monde du vin et donc que les entreprises italiennes répondent aux demandes du marché (notamment de certains pays asiatiques)".

L'avis du directeur de Consorzio Tutela Vini Oltrepò Pavese Carlo Veronese: Les dénominations représentent notre tradition et la tradition ne change pas avec la mode. En attendant, il ne faut pas se méprendre : nous parlons de vin sans alcool. Et la question ne devrait pas concerner Docg ou Doc, pour les autres vins, ce ne devrait pas être un problème. La proposition suit les différentes tendances et envies et surtout les marchés des pays qui demandent des produits différents. En conclusion, le vin sans alcool n'est pas du vin, alors de quel produit parlons-nous ?