Vins et cépages d’Oltrepò

Le Pinot Nero classique, le Bonarda traditionnel

La Lombardie, ce n’est pas seulement des plaines, des rizières et du blé. Il suffit de lever les yeux et les douces et harmonieuses collines promettent bien plus, elles promettent des zones viticoles évocatrices, et dans ce « champ régional », la grappe de raisin d’Oltrepò Pavese affirme sa suprématie. Une large gamme de vins de haute qualité et d’origine sûre est produite ici.

Une gamme complète qui répond à tous les accords mets et vins, de l’entrée au dessert. Sur les collines de l’Oltrepò, les cépages les plus représentatifs sont : Pinot Nero, Croatina, Barbera et Riesling. Mais on pourrait ajouter : Uva Rara, Ughetta (Vespolina), Pinot Bianco, Pinot Grigio, Cortese Bianco, Moscato, Malvasia et même Müller-Thurgau. Très souvent, le cépage est identifié – même dans le nom – aux vins de l’Oltrepò Pavese. Qui sur ces collines, également différenciées par les expositions et la nature des sols, deviennent uniques et reconnaissables.

Foto 34 scaled

La méthode classique d’Oltrepò

On pourrait aussi l’appeler metodo Oltrepò ou Oltrepodoc, en paraphrasant les parents bouillonnants du Trentin. Tout cela en raison de l’histoire et de la valeur qualitative des bulles Oltrepò Pavese Metodo Classico DOCG, qui ont également un grand potentiel dans une version rosée : le
Cruasé
une marque collective réservée aux membres qui identifie les rosés issus du cépage Pinot Nero.

Il Bonarda !

Après le Pinot Nero, un cépage qui représente 3000 hectares de collines dans cette partie de la Lombardie (13800 hectares au total), et un cépage qui garantit également des vins rouges de grande qualité pour le vieillissement, si nous restons du côté rouge et que nous voulons penser à l’histoire combinée à la typicité, le vin de tradition de l’Oltrepò est certainement le Bonarda, une DOC depuis 1970, à partir de raisins Croatina (85% – 100%) avec Barbera, Ughetta et Uva Rara (15% max.).

MG 9565 scaled
MG 9059

Sa Majesté le Riesling

Sa Majesté Riesling. Pour mettre en lumière le vin blanc typique, le plus caractéristique est le Riesling rhénan ou italique : 1300 hectares, mais ce chiffre est en constante augmentation, de nombreux hectares d’italique sont maintenant convertis en rhénan pour un projet qui donne de grandes satisfactions et qui récompense le terroir et donne des vins blancs de garde à bien des égards surprenants.

SANGUE DI GIUDA !

Captivant par son nom et son histoire, unique par sa couleur dans le verre, le vin rouge doux d’Oltrepò est le Sangue di Giuda. Typique. Et c’est un autre Doc. Caractérisé par le Barbera (25 % à 65 %), le Croatina (25 % à 65 %), l’Uva Rara, l’Ughetta (Vespolina) et le Pinot Nero, conjointement ou séparément, jusqu’à un maximum de 45 %.

MG 9234 scaled

Vins et cépages : une histoire de terroir

L’Oltrepò Pavese est l’ancienne patrie de la vigne. Un élément de preuve important est la découverte d’un sarment de vigne, datant de la préhistoire, près de Casteggio, autrefois Clastidium, qui a défrayé la chronique pour avoir été le théâtre d’une des nombreuses batailles entre Hannibal le Carthaginois et l’armée romaine. Strabone, à l’époque des Gaulois paléoliguriens, attribuait même l’invention du tonneau à Oltrepò Pavese. Dans ses textes, il est décrit comme étant plus grand que les maisons. Dans les siècles suivants, on trouve d’autres témoignages. Andrea Bacciau XVIe siècle, par exemple, qualifiait les vins de cette région d’excellents.

 

Projets de l’avenir vignes du passé

La viticulture d’Oltrepò Pavese trouve ses racines, au sens moderne du terme, au siècle dernier, dans le renouveau global du monde viticole italien de cette époque. Selon les registres officiels, l’Oltrepò Pavese comptait en 1884 pas moins de 225 variétés de raisins indigènes. Aujourd’hui, ils ne sont guère plus d’une dizaine, certains producteurs historiques ayant tendance à récupérer les vestiges les plus évidents du passé, comme l’Uva della Cascina ou la Moradella.

Le potentiel du Pinot Nero, une histoire d'Oltrepò

Dans l’histoire du Pinot Nero en Oltrepò, on ne peut omettre le travail entrepris par le ministre de l’époque, Agostino Depretis, qui a été le premier à se rendre compte du potentiel de ce cépage planté dans les hautes collines et a initié son introduction sur le territoire. Le projet de Depretis était si incisif qu’il a intrigué les producteurs piémontais de vins mousseux, qui ont vu dans cette terre un réservoir riche et important pour leurs entreprises.

Histoire et génie d'un territoire de vins effervescents depuis des temps immémoriaux

À l’époque, les Piémontais n’étaient pas les seuls à parler de vin mousseux, mais aussi certains producteurs locaux. Parmi eux, on trouve le nom du comte Carlo Giorgi de Vistarino et celui de l’ingénieur Domenico Mazza de Codevilla, qui est allé jusqu’à concevoir et produire une bouteille spéciale pour le vin mousseux, capable de résister à de fortes pressions.

Il était une fois le champagne...

Aujourd’hui encore, on s’émerveille de voir de rares exemplaires étiquetés avec la mention Champagne dell’Oltrepò. Dans ce contexte historique, il n’est pas surprenant qu’à au moins deux occasions récentes de réunions internationales sur le vin en Italie, il ait été de plus en plus question d’un front commun, d’un axe, d’un pacte des bulles d’Italie du Nord : de l’Alta Langa au Trentodoc, en passant par la Franciacorta et l’Oltrepò.

Ces cépages rares de l’histoire et de la typicité de l’Oltrepò

En 1884, l’Oltrepò Pavese comptait pas moins de 225 cépages indigènes. Aujourd’hui, ils ne sont guère plus d’une dizaine, certains producteurs historiques ayant tendance à récupérer les vestiges les plus évidents du passé, comme l’Uva della Cascina ou la Moradella.

La sélection naturelle et surtout la sélection par l’homme, suite à l’approfondissement des connaissances scientifiques et au progrès technologique, ont partout réduit le nombre de variétés de vignes pour la vinification, afin de ne sélectionner que des vignes aux qualités constantes, robustes et généreuses. Adriano Ravegnani écrit dans son livre I vini dell’Oltrepò Pavese.

 

Publication sur les conditions économiques civiles dans la province de Pavie, publiée en 1884 par la chambre de commerce locale. 1884 par la Chambre de commerce localeindique que dans les zones de Stradella, Montù Beccaria, Broni (…), on comptait alors pas moins de 59 cépages, parmi lesquelsdont Moradella, Pissadella, Ughetta di Canneto, Rossara, Barbisino, Pignolo, Besgano, Uva d’Oro, Sgorbera, Nebbiolo, Moscatello et Trebbiano.. La Croatina (ou Bonarda) et la Malvasia étaient peu cultivées à cette époque : la Barbera, la Vernaccia, l’Altrugo et le Cortese étaient très peu cultivés.

Peu à peu, la situation s’est complètement inversée. Les vins de l’Oltrepò Pavese portent généralement le nom des cépages dont ils sont issus (à l’exception de tous les vins rouges et rosés qui sont élaborés à partir de raisins provenant de différents cépages, dans des proportions précises qui les caractérisent).

Histoires de vins incomparables

Les vignes les plus cultivéesainsi que les caractéristiques des vins qui en sont issus, les particularités morphologiques des sols, l’exposition des vignobles et les méthodes de transformation uniques rendent les vins de l’Oltrepò Pavese incomparables : le Barbera des collines du Pavese est très différent de celui du Piémont, d’Alba ou d’Asti, le Malvoisie des collines du Pavese est très différent de celui des collines du Piémont.le Malvasia se distingue nettement de celui obtenu dans d’autres régions ; il en va de même pour le Moscati, le Riesling et les autres vins. les vins Moscato, Riesling et Pinot Nero.

Lorenzo Nosvelliécrit sagement sur le fruit des dieux dans le volume Histoire et vins d’Oltrepòreproduit curieusement les descriptions organoleptiques qui accompagnaient la liste des raisins des cépages provinciaux cultivés à Oltrepò au milieu et à la fin du XIXe siècle, en commentant la liste des cépages autochtones qui figurait dans le Bulletin du Comité agraire de Vogherese publié par Acerbi en 1864. C’est ainsi que nous lisons que :


Malvasia et Moscato
sont des vins parfumés par excellence qui donnent des vins d’une suavité et d’une finesse irréprochables, qui conservent leur douceur pendant de nombreuses années en raison de la grande quantité de sucre qu’ils contiennent, qui développent en vieillissant un arôme et un parfum très agréables, et qui peuvent être classés parmi les vins de luxe.


Bonarda
donne un vin de couleur, plutôt amer que pas, de beaucoup de finesse, arôme alcoolisé et épicé, généreux et digestif.


L’Ughetta
donne un vin plutôt doux, savoureux, léger, peu coloré et brillant dans le verre.


Le Moradella
donne aussi généralement un vin gracieux, corsé, avec un bouquet agréable et beaucoup de finesse.


Le Barbera
donne un vin corsé, austère, généralement assez acide et très riche en couleur.


Le Cortese et le Trebbiano
donnent un excellent vin de table, sec, racé, passant et de couleur très claire.


Vernaccia et Altrugo
donnent des vins exquis, plutôt des vins de bouteille que des vins de table, clairs, parfumés et très puissants.

S’abonner à la lettre d’information

Pour assister à la divine Oltrepò aussi sur le web. Pour savoir ce qui se passe et où mène la route des vins d’appellation. Qualité. Remplissez ce forum, vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez. Mais nous espérons que vous ferez partie de notre communauté pour toujours !

Via Riccagioia, 48 27050 - Torrazza Coste (PV) Lombardie - Italie

+39 0383 77028

info@consorziovinioltrepo.it

Remerciements et sources

Photos : Archives Ersaf / Regione Lombardia, Archives CONSORZIO TUTELA vini OLTREPÒ, Alessandro Anglisani, Mario Didier, Luciana Rota.

Bibliographie : I vini dell’Oltrepò Pavese, d’Adriano Ravegnani, publié par Mazzotta (1974), Storie e vini dell’Oltrepò de Mario Maffi et Lorenzo Nosvelli, publié par Edo (2008), Edizioni Bibenda, Vino al vino de Mario Soldati, publié par Mondadori (2006), Signori del vino de Marcello Masi et Rocco Tolfa, publié par Rai Libri (2016).

insegna GAL 1 page 0001